Qu'est-ce que la sclérose en plaques (SEP)?

Bien que la cause exacte de la SEP soit inconnue, on sait qu'il s'agit d'une maladie du système nerveux central (SNC) – le cerveau et la moelle épinière. Comme pour d'autres maladies auto-immunes, dans le cas de la SEP l'organisme se retourne contre lui-même en confondant des cellules normales avec des intrus.

  • A travers le monde, jusqu'à 2,5 millions d'individus souffrent de SEP, une affection neurodégénérative qui commence souvent au début de l'âge adulte (entre 20 et 40 ans). Les femmes ont deux fois plus de risque de développer une SEP que les hommes.
  • La fréquence de la SEP varie selon les régions. Dans les zones climatiques tempérées l’incidence est plus élevée que dans les régions équatoriales. En Europe, l’incidence de la SEP est en continuelle progression en allant du sud vers le nord.
  • En Suisse, environ 10‘000 patients vivent avec la SEP. Un nouveau patient s’y ajoute chaque jour.

Il existe quatre différentes formes de SEP: la SEP récurrente-rémittente (RRMS), la SEP secondaire progressive (SPMS), la SEP primaire progressive (PPMS) et la SEP progressive avec poussées (PRMS). Chez environ 80% de tous les patients atteints de SEP, la maladie se déclare sous la forme récurrente-rémittente.

Comment diagnostique-t-on la SEP?

Il n'existe pas de test unique pour confirmer un diagnostic clinique de SEP. L'objectif est de déterminer si les épisodes pourraient être dus à la SEP ou à un autre trouble affectant le SNC. Le diagnostic de la SEP repose sur les éléments suivants:

  • Episodes de symptômes et de signes neurologiques qui concordent avec une crise de SEP.
  • L'imagerie par résonance magnétique (IRM) du cerveau et de la moelle épinière peut détecter l'inflammation et le tissu cicatriciel causés par la SEP dans le SNC.
  • Le liquide céphalo-rachidien est recueilli et analysé pour rechercher des marqueurs typiques de la SEP et étayer ainsi le diagnostic.
  • Les potentiels évoqués (PE) mesurent la vitesse de conduction des influx nerveux dans le SNC et peuvent aider à déterminer la présence de lésions démyélinisantes.

Comment traite-t-on la SEP?

La SEP peut être traitée de différentes façons en fonction de l'état de chaque patient. Par exemple, les corticostéroïdes sont utilisés pour traiter les poussées aiguës. les médicaments qui influencent l'évolution de la maladie, appelés modificateurs de la réponse biologique ou traitements de fond (Disease Modifying Therapies, DMT) sont utilisés pour essayer de modifier l'évolution naturelle de la SEP en changeant la réponse immunitaire, réduisant ainsi l'activité inflammatoire dans le cerveau. Les DMT aident à prévenir les poussées et peuvent ralentir l'aggravation progressive de la SEP. En outre, il existe des médicaments pour traiter les symptômes individuels de la SEP.